Le cholestérol: ce faux ennemi

L’une des croyances les plus ancrée en nutrition concerne le cholestérol. Quand on parle de cholestérol, on pense souvent aux « maladies cardiovasculaires ».

C’est incroyable ! Même en cherchant l’image libre de droit pour cet article, je ne trouve que des photos d’œufs…c’est d’ailleurs le premier aliment cité quand on parle du sujet!

Chaque semaine des gens me demandent comment ils peuvent baisser leur taux de cholestérol ! Ce n’est absolument pas la bonne question à se poser. Laissez-moi vous expliquer.

Qu’est-ce que le cholestérol ? C’est un lipide (graisse) principalement produit par le foie et présent dans les aliments. Le corps produit 70 à 85 % de notre cholestérol total. Si nous en produisons autant, c’est uniquement parce que nous en avons besoin.

⁃ Le cholestérol entre dans la composition des membranes cellulaires et assure leur fluidité et le bon passage des nutriments et des messagers chimiques au niveau cellulaire.

⁃ Synthèse hormonale : DHEA, cortisol, oestrogène, progestérone, testostérone

⁃ Synthèse de vitamine D

⁃ Produire les sels biliaires nécessaires à la digestion des lipides

⁃ Transfert d’informations entre les cellules et les organes

⁃ Entre dans la composition de la gaine de myéline qui facilite le passage de l’influx nerveux.

Vous comprenez dés lors, que vouloir d’emblée le baisser, n’est pas forcément la 1ère chose à faire. Et là, je précise que je parle d’un contexte où il n’y a pas encore eu de problème cardiovasculaire.

Pourquoi est-il si diabolisé ?

Cette croyance dans le lien entre le cholestérol et la crise cardiaque vient du nutritionniste renommé Ancel Keys et de son étude dans 7 pays dans les années 1950 sur les effets des graisses alimentaires sur les maladies cardiovasculaires.

Cependant, plus de sept pays ont été étudiés et seuls les résultats compatibles avec Ancel Keys, largement financé par le lobby du sucre, ont été divulgués. En Norvège, la population consomme beaucoup de graisses mais les problèmes cardiaques étaient moins présents. Au Chili ,la consommation de lipides est faible mais la population est sujette aux problèmes cardiaques. Les extrêmes disparaissent de ses conclusions…

C’est ainsi que se crée la peur du gras, au profit du sucre et de son industrie.

La pandémie d’obésité a permis de mettre en exergue que le cholestérol n’était pas le problème.

La véritable cause des crises cardiaques est un mode de vie malsain qui empêche leur élimination en altérant les transporteurs du cholestérol.

Ce n’est qu’alors que le cholestérol s’accumule dans les artères.

Quelles sont les causes des maladies cardiovasculaires ?

Intéressons-nous aux plaques d’athérosclérose : elles sont principalement composées de lipides qui se déposent sur les parois des artères et réduisent leur diamètre interne.

Par conséquent, ces plaques d’athérosclérose sont à l’origine de maladies cardiovasculaires, mais elles ne sont pas causées par un excès de cholestérol, mais par :

– L’hypertension artérielle et tout ce qui l’aggrave : tabac, stress, aliments pro-inflammatoires, substances toxiques, surpoids, diabète de type 2, etc.

– le transporteur du cholestérol, qui, une fois oxydé, n’est pas reconnu par les leucocytes. Ce transporteur de cholestérol, appelé LDL (lipoprotéine de basse densité), s’accumule dans les artères.

Que faire alors en pratique ?

1⃣ Prendre conscience que consommer du cholestérol n’est pas un problème.

2️⃣ Analyser son mode de vie, seul(e) ou en se faisant aider.

3️⃣ Différencier le HDL, du LDL et du LDL oxydé. Ils n’ont pas le même impact sur la santé.

4️⃣ Traiter les causes de l’oxydation du LDL : excès de stress endogène et exogène, manque d’antioxydants et de mouvement au quotidien, le tabagisme…

5️⃣ Améliorer son hygiène alimentaire surtout concernant la consommation de sucre et en améliorant la qualité des graisses.

6️⃣ Comprendre que les recommandations médicales changent lentement. La fausse problématique du cholestérol touche des millions de personnes et rapporte des milliards de bénéfices à certaines firmes…!

N’hésitez pas à nous rejoindre dans le groupe privé Facebook :Cliquez ici 👈🏻

L’alimentation des enfants atteints de TDA(H)

Même si les dysfonctionnements du cerveau se déterminent dès la grossesse (carence en iode ou en vit.B9 pendant la grossesse est corrélée à des TDA(H) plus importants), l’épigénétique montre que tout peut se corriger par une alimentation et une complémentation adaptées.

On retrouve des carences communes chez ces enfants (et adultes) qui sont proportionnelles à l’intensité des troubles.

Avant de mettre les enfants sous un traitement médicamenteux lourd, la modification de l’alimentation et la correction des carences et subcarences est une priorité.

Ces changements peuvent donner des résultats sur la concentration, les mouvements agités et les apprentissages en quelques semaines.

Cela demande l’adhésion de l’enfant et des parents. L’implication des frères et sœurs est un plus pour une meilleure compliance de l’enfant.

Dans les carences fréquemment mises en exergue par la biologie, on retrouve sans surprise:

la vitamine D3 qui protège, entre autres, de la neuro-inflammation présente dans cette situation.

La vitamine B9 en soutien aux neurotransmetteurs

Le zinc, très abondant dans le cerveau.

⁃ Le magnésium surtout si il y a des troubles anxieux associés

Le fer dont la carence a été une des premières à être pointée du doigt.

Les omega3 qui est la graisse la plus représentée dans notre cerveau.

Pour ne citer que les plus importants.

Attention, il ne s’agit pas de bourrer vos enfants de compléments à l’aveugle.

La première chose à faire est de modifier l’alimentation en fonction du profil initial de l’enfant. Un petit déjeuner contenant des protéines est indispensable.

La santé intestinale est également au centre de l’attention car un état inflammatoire peut avoir des répercussions sur l’activité cérébrale.

Une complémentation en acides aminés précurseurs de neurotransmetteurs peut parfois être utile.

Ensuite, selon les cas, le thérapeute formé en micronutrition, pourra sur base de l’anamnèse et de la prise de sang, proposer une complémentation.

N’oubliez pas de me rejoindre dans mon groupe Facebook : https://www.facebook.com/groups/453745628296735/

Résistance à l’insuline et statines: la double peine

La prise chronique de statines entretient le cercle vicieux de l’insulinorésistance. Je vais tenter de vous l’expliquer simplement.

1) Vous avez trop de cholestérol : un traitement par statines vous est proposé.

2) Un effet indésirable fréquent est l’apparition de myalgies (douleurs musculaires) parfois associée à de la rhabdomyolyse justifiée par des CPK qui montent dans la prise de sang.

3) Les douleurs musculaires ressenties avec les statines vous empêchent de pratiquer un sport, vous devenez plus sédentaire. Cela favorise et aggrave une insulinorésistance,

4) La prise de statines présente également comme effet indésirable trop peu connu: l’insulinorésistance.

5) Or, l’insulinorésistance constitue un facteur de risques cardiovasculaires: alors on vous laisse sous statines…

Bienvenue dans le cercle vicieux !

L’utilisation de statines est utile dans certains cas mais ne doit pas être systématique et, au vue de l’épidémie actuelle de résistance à l’insuline, il faudrait vraiment revoir les prescriptions « faciles ».

La prise de statines sur le court terme, pour son effet anti-inflammatoire et stabilisateur de plaque d’athérome, le temps que le patient puisse mettre en place des changements dans son hygiène de vie est probablement une bonne idée. On veillera à l’accompagner de Coenzyme Q10, d’oméga 3 et de polyphénols.

L’insulinorésistance est l’anti-chambre du diabète mais également un facteur de risque des maladies cardiovasculaires.

Ne négligeons pas les autres facteurs de risque des maladies cardiovasculaires

⁃ le stress oxydant

⁃ L’inflammation de bas grade

⁃ L’hypertension artérielle

⁃ L’hyperhomocystéinémie

⁃ L’hypertriglycéridémie

⁃ Alcool,…..

Il est important de revoir l’hygiène de vie ET l’alimentation. Pour cela, un accompagnement doit être mis en place de manière globale par un thérapeute compétent !

Si le sujet vous intéresse et/ou vous concerne, n’hésitez pas à m’en faire part. Vous serez les premières averties pour une formation ou un coaching sur le sujet.

Rejoignez mon : Groupe Facebook

Ou envoyez-moi un petit mail : blondel.delphine@gmail.com

Fatigue, sommeil et gestion du poids

Perdre du poids en dormant : rêve ou réalité ?

Ces dernières années, plusieurs recherches scientifiques ont montré qu’un sommeil de qualité est essentiel pour perdre les kilos superflus, pour maigrir. Autrement dit, il est grand temps d’inclure à votre régime minceur, en plus du bonne diététique et de l’exercice physique, un sommeil réparateur! 

1. LES GRAISSES ET LES SUCRES

Le fait de mal dormir, d’avoir du mal à s’endormir, de se réveiller constamment, de ronfler sont des signaux d’alarme qui permettent de détecter des troubles métaboliques tels que les triglycérides et l’hyperglycémie (graisses et sucres) et, par conséquent, l’excès de graisse localisé et l’hypertension.

2. DIABÈTE

La quantité de sommeil a une relation directe avec la régulation de l’insuline. Même quelques nuits de mauvais sommeil peuvent entraîner une résistance à l’insuline et donc, à long terme, vous prédisposer au diabète.

3. STRESS

Le sommeil régule le cortisol, l’hormone du stress. Un sommeil réparateur diminue le taux de cortisol, alors qu’au contraire, si ce taux reste élevé, il entraîne une augmentation de la glycémie, de l’hypertension ainsi que des sautes d’humeur, de l’irritabilité et l’envie de manger. 

4. POIDS EXCESSIF

Insuline, cortisol, comme nous l’avons vu, mais aussi ghréline et leptine.Toutes sont des hormones qui transmettent la sensation de faim et de satiété, et influencent l’appétit et le stockage des graisses.

Une étude a même montré qu’après seulement deux nuits avec seulement 4 heures de sommeil, l’hormone de la faim, ghréline, augmentait de 28 % tandis que l’hormone de la satiété, leptine, diminuait de 18 %.

5. DÉSÉQUILIBRES HORMONAUX

Le sommeil stimule la production de l’hormone de croissance. Pour les enfants, elle est essentielle au développement, tandis que pour les adultes, elle régule la relation entre la masse musculaire, osseuse et graisseuse. Un manque de cette hormone entraîne non seulement un déséquilibre de la masse corporelle, c’est-à-dire qu’elle diminue la masse musculaire et augmente la masse grasse, mais a également des effets négatifs sur l’humeur et la perception de son propre bien-être.

Moins vous dormez, plus vous mangez (et vice versa).

Peut-être est-ce dû à des déséquilibres hormonaux ou au stress, mais ce qui est certain, c’est que ceux qui dorment peu mangent plus. Non seulement le métabolisme ralentit, mais ils ont plus faim et, comme si cela ne suffisait pas, le corps a besoin de plus d’aliments énergétiques, de glucides et de graisses. 

Si le manque de sommeil entraîne des troubles alimentaires et l’obésité, l’inverse est malheureusement également vrai. Les personnes en surpoids sont certainement exposées à des troubles du sommeil tels que l’apnée du sommeil, l’une des principales causes des réveils fréquents qui empêchent un bon repos.

Que pouvez-vous faire pour bénéficier d’un sommeil de qualité ? 

Une alimentation équilibrée et saine aide à bien se reposer. Il est important de prendre des repas légers et digestes, surtout à l’heure du dîner, et si nécessaire de l’anticiper pour avoir le temps d’éliminer les graisses et les calories avant de se coucher. En outre, laisser passer plus de 8 heures entre le dîner et le petit-déjeuner stimule la lipolyse, c’est-à-dire l’élimination des graisses, car cela met l’organisme en réserve et aide alors à brûler les graisses !

Une attention particulière doit être en même temps accordée à tous les aliments qui contiennent de la mélatonine, l’hormone du sommeil qui aide à perdre du poids. Des études ont montré que la mélatonine stimule la production de « graisse beige ».

Les personnes en surpoids ont une dette de graisse beige qui peut, par conséquent, être stimulée par la prise de mélatonine. À noter que la mélatonine peut être incluse dans le régime alimentaire sous la forme d’un complément. Cette hormone est plus efficace lorsqu’elle est prise par le biais d’aliments qui en contiennent naturellement.

Pour finir, retenez que la quantité de sommeil est toujours liée à la qualité du sommeil. Nous pourrions dormir 10 heures d’affilée, mais si nous dormons mal, nous n’en tirerons aucun bénéfice, au contraire… mal dormir est très souvent la cause de nombreux troubles nerveux, alimentaires et aussi cognitifs…

Si cela vous parle et vous intéresse, j’ai créé une formation sur le sujet accompagnée des recettes pour chacun des repas de la journée.

Vous pouvez accéder au programme de la formation en cliquant ici. Lien vers le programme

La formation SLEEP ou mieux manger pour mieux dormir travaille sur 3 axes:

– nourrir le cerveau correctement afin de favoriser la production de neurotransmetteurs.

– une alimentation anti-inflammatoire

– un équilibre du microbiote intestinal.

Vous recevez également des recettes, des conseils généraux, une liste d’huiles essentielles pour soutenir le sommeil, une respiration guidée….

La formation est accessible 24h/24 à vie

Le tarif préférentiel est temporaire.

Actuellement 70€ et 99€ dès novembre

SLEEP

Manger ses émotions est la nouvelle « norme »?

On aspire toutes à des vies apaisées et plus calmes… L’urgence de ralentir !

Un nombre effarant de femmes se sentent oppressées telle une cocotte minute.

Courir après le temps

Faire le taxi

Faire le ménage, les courses, les repas

….

Une petite trace judéo-chrétienne du « sacrifice » dont on aime à se vanter parfois (avec tout ce que je fais…)

Et puis, on parle de manger ses émotions, de compulsions et autres moments de débordement émotionnel.

Ces moments viennent ajouter une dose de culpabilité à un comportement qui est juste normal au vu des emplois du temps !

Dans ces conditions, il est naturel de manger ses émotions ! (Et c’est même semble-t-il un moindre mal !)

Aux stress conscients, on en ajoute une couche ?

⁃ Le stress généré par les bruits qui nous entourent: au travail et à la maison, les enfants qui disposent de nous comme d’une télécommande…

⁃ Les stress inconscients (comme les injonctions encodées depuis l’enfance)

⁃ Le stress physiologique dû aux carences en micro nutriments

⁃ Le stress biochimique dû au manque d’antioxydants

⁃ Le stress épigénétique

Tout cela semble devenir un nouveau paradigme ….

Lucie se plaindra de sa fatigue dès le matin face à ses enfants, le midi en partageant le repas avec ses collègues, à sa cousine par téléphone qui lui dira qu’elle aussi est épuisée… Lucie finira par engloutir un paquet de bonbons devant la télé pour oublier qu’elle est fatiguée et ira se coucher tard se promettant chaque matin que le soir, elle se couchera plus tôt…

Et si on prenait un peu de hauteur? Un peu d’espace ?

Et si on prenait un peu de temps pour des moments de présence à soi ?

Revenir à notre Essence: l’écoute des sensations corporelles.

• La respiration dont on s’est déconnectée: réapprendre à être présente à notre souffle.

• La méditation simple (non vous n’avez pas besoin d’être en position du lotus) face à un paysage

• L’entraînement à ressentir des émotions fortement positives telles que la gratitude, la reconnaissance et l’amour.

• Réduire la liste des choses à faire

• Faire 1 seule chose à la fois (me concernant, l’apprentissage est en cours mais l’effet apaisant est tellement puissant)

Cultiver le calme intérieur …

Je sais combien cela peut réellement changer la façon dont nous appréhendons la vie et la maîtrise de nous. Cette maîtrise nécessaire pour ne plus succomber aux charmes des sirènes que sont le sucre, l’alcool, l’excès de médicaments, le tabac, les excès d’excès 😄

Vous devez trouver ce qui vous convient, mais l’orientation commune est de faire MOINS mais MIEUX.

Le confinement a permis à de nombreuses personnes de prendre des décisions en ce sens. Il faut juste veiller à garder ses engagements. Pour les autres, il n’est pas trop tard, mais agissez avant la vague de burn-out…

Pour être informée de mes formations ou des coaching ?

Rejoignez le groupe Facebook :Les astuces de Delphine et ses copines

Ou abonnez-vous à ma newletter :Inscription ici

Au même endroit vous trouverez des documents gratuits à télécharger

Un nouveau départ minceur ?

Ca fait combien de temps que vous vous pourrissez la vie avec votre poids ? Ca fait combien de temps que vous enchainez les régimes ou autres approches en vue de perdre du poids?

Les régimes ne fonctionnent pas.

Selon les études et les pays 80 à 95% des personnes reprennent le poids perdu après un régime !

Pourquoi ?

Les causes sont nombreuses et je vous en partage quelques unes.

⁃ la restriction alimentaire rapide incite le corps à re stocker dès que possible, avec en cadeau bonus une diminution du métabolisme.

⁃ On ne dort pas assez et pas assez bien

⁃ On ne travaille pas les causes des comportements compulsifs ou des addictions alimentaires qui ne sont pas un problème mais la manifestation d’un problème plus ancré

⁃ On veut des changements rapides du poids indiqué sur la balance alors que l’organisme a besoin de temps et s’oppose à la pression.

⁃ Ce dernier point entraîne du découragement chez de nombreuses personnes qui « abandonnent » et reprennent leurs mauvaises habitudes.

⁃ On ne vise que la réduction des calories sans viser la réduction de l’insuline qui est l’hormone principale du stockage.

⁃ Parce qu’il faut une dose de courage pour prendre conscience des changements, agir et persévérer.

⁃ …

Voilà pourquoi un accompagnement qui tient compte de tout cela est nécessaire.

J’ai pris plus de 9 mois à créer le coaching LIBRE DE MINCIR afin qu’il coche toutes les cases.

La 5ème édition débutera le 13 septembre 2021.

Il comporte

✅Un accès illimité à une formation structurée et progressive tenant compte des axes : nutrition – mental et connexion au corps.

Le contenu est fait de recettes, astuces, gestion émotionnelle…

Programme détaillé ici Libre de Mincir

✅5 coaching de groupe programmé en soirée (20h) entre le 13 septembre et le 27 octobre via zoom

✅Un accès à moi 7 jours/7 pour répondre à vos questions

✅Un accès à un groupe Facebook entièrement dédié à ce coaching

L’inscription se fait sur candidatures car il n’y a que 20 places (un peu moins à l’heure où j’écris ces lignes).

Le prix est de 250€, cela n’est pas « rien » mais dérisoire par rapport au contenu et à l’accompagnement prévu.

Vous obtiendrez les informations complémentaires en m’envoyant un mail (blondel.delphine@gmail.com)

Vous pouvez également me contacter au 0496255645.

Vous pouvez également intégrer mon groupe Facebook Cliquez ici

Votre balance ment !

Nous étions à peine sortis du ventre de notre mère, qu’on nous a placé sur une balance ! Elle a ensuite rythmé les premiers jours et mois de notre vie et souvent, on nous a fait croire que le chiffre indiqué était le reflet de notre santé…

Actuellement, bon nombre de femmes sont prêtes à sacrifier leur santé pour faire baisser le chiffre…, un drôle de retournement de situation.

Il est incroyable de constater l’influence que peut avoir une balance sur l’humeur…principalement des femmes.

Mais c’est oublier l’essentiel que de rester focalisé sur un nombre.

La balance ne mesure pas

1. La progression

C’est cela que votre nutritionniste doit regarder ! Ce qui est intéressant de mesurer, c’est l’évolution des comportements, de vos habitudes alimentaires. Il est certain que supprimer vos deux verres jus de fruits ou de soda par jour ne va pas modifier rapidement le chiffre de votre balance, mais quel cadeau vous faites à votre corps! Les premiers organes à en tirer un bénéfice sont le pancréas et le foie. Pour autant, bien sûr, que ces deux verres ne soient pas remplacés par d’autres apports de sucres. C’est pour cela aussi qu’il est important d’être régulier dans les suivis, même si votre poids ne bouge pas car la clé de la réussite se situe dans la PROGRESSION !

2.Votre qualité de vie

Le poids est un déterminant de la santé.

La balance ne nous indique pas la qualité de notre sommeil, notre niveau de stress, l’activité de votre corps par exemple.

Le bonheur ne devrait pas être corrélé à ce chiffre!

3. La beauté

Nombreuses sont les personnes qui lient encore poids et beauté…. « tu as perdu quelques kilos: tu es plus belle ».

Mais quelle ineptie !

Ce qui se passe lors de la perte de poids, c’est qu’une personne reprend confiance en elle et s’autorise alors à rayonner différemment. C’est souvent ce rayonnement que les gens perçoivent.

Quelque soit votre poids, autorisez-vous à rayonner ☀️

Une donnée chiffrée n’indique pas votre valeur et ne l’indiquera jamais.

La balance indique la force de la pesanteur et c’est tout !

Rappelons cela à nos enfants, surtout à nos filles, conditionnées par une société qui accorde trop de pouvoir à cet outil de mesure !

Si ma vision des choses rejoint vos valeurs, n’hésitez pas à rejoindre ma communauté privée

  • Soit en rejoignant mon groupe Facebook « les astuces de Delphine et ses copines »Groupe privé
  • Soit en rejoignant ma liste encore plus intime et privée d’email où je coache 3 fois par semaine gratuitement. Liste privée