Épuisée ? Découragée ?

1er confinement, 2ème confinement, le froid, la neige, le manque de lumière,…

⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️

Épuisement, Démotivation, Déprime, Découragement, Cafard, moral à zéro,…

⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️

Excès alimentaire, alcool, sucre, quantités excessives ,

Prise de poids…. Si cela vous dit quelque chose, il est possible que le prochain coaching vous intéresse.

Énergie & Mindset : 21 jours pour se préparer au printemps. (Du 1er Mars au 21 mars)

Il ne s’agit pas d’un régime !

Pour y participer

✅ Être une femme

✅ Être dans le groupe Facebook (les astuces de Delphine et ses copines)

✅ Être inscrite avant le 27 février 2021

✅ Avoir un objectif santé

✅ Avoir envie que les choses bougent

Si vous souhaitez le programme, envoyez-moi un mail. Je vous l’enverrai rapidement.

L’objectif est de vous redonner de la motivation et augmenter votre énergie en vous donnant des outils pour y arriver.

Le tarif de lancement est de 70 €

Ne tardez pas …

Mon mail: blondel.delphine@gmail.com

https://www.facebook.com/groups/453745628296735/

Ptit déj: tu manges ou tu manges pas ?

En nutrition, on entend souvent tout et son contraire. Le petit déjeuner n’échappe pas à cette règle.

Faut-il oui ou non prendre un petit déjeuner ?

⁃ Il y a les « pro petits déjeuners » qui argumentent sur le fait que le matin il faut manger protéiné pour booster notre dopamine

⁃ Et il y a ceux qui sont contre, argumentant que notre corps a besoin de plus de repos pour se régénérer?

Une certitude: VOUS êtes capables de trouver votre vérité.

⁃ Si on n’a pas faim le matin il n’y a aucune raison de se forcer à manger !

⁃ Si on a faim le matin il faut alors manger un vrai petit déjeuner digne de ce nom: pauvre en glucides afin de ne pas solliciter trop notre insuline et riche en protéines afin de sécréter suffisamment de dopamine. Et bien sûr, dans ce cas, il ne faudra pas avoir un repas du soir trop copieux et tardif.

Il y a eu de nombreuses études sur le sujet et on peut vraiment affirmer que le petit déjeuner à la française avec du sucre, des jus de fruits, la confiture et autres viennoiseries est un vrai poison pour la chimie de notre cerveau et de notre corps.

Quant à l’argument de faire de ce repas, celui LE plus important de la journée, véhiculée encore actuellement par des professionnels de la santé, on sait bien que son origine vient des lobbies des céréales….

Mais méfiez-vous des gourous et autres thérapeutes qui vous imposent de manger tel ou tel aliment ou de ne pas manger lorsque cela va à l’encontre de vos sensations.

Votre énergie stable, votre bonne humeur seront le corollaire que votre alimentation est adaptée à votre physiologie. Nous sommes tous uniques.

L’alimentation vous intéresse ?

Vous êtes une femme ?

N’hésitez pas à rejoindre le groupe Facebook

https://www.facebook.com/groups/453745628296735/

Le repos mental, allié minceur oublié ?

Si le sommeil est d’une importance capitale pour notre santé ce n’est pas de lui dont je vais vous parler. Prendre du temps pour soi, c’est non seulement agréable mais réellement indispensable à une vie équilibrée. S’accorder du temps c’est:

⁃ Se respecter

⁃ Respecter les rythmes d’alternance naturels (jour/nuit, saisons, marées, pulsations cardiaques, inspirations/expirations).

⁃ Respecter la circulation de la vie en nous.

Ce conseil est une clé de réussite essentielle à tout changement alimentaire, au recouvrement d’une santé optimale, à un amincissement, à une perte de poids,…

Comment offrir si on est vidé, ruiné?

Comment avoir de l’énergie si on ne s’en est pas rechargée ?

Cela prend des significations différentes pour chacun d’entre nous mais je constate que le « repos mental » ne fait plus partie de l’hygiène de vie de la plupart d’entre nous qui sommes constamment dans le rendement, le « faire », le résultat…

Il nous incombe de nous départir :

1. De la culpabilité de jouir de notre vie, de nous libérer des regrets et de la nostalgie. (Cela ne doit pas nous empêcher d’utiliser au mieux les leçons de vie du passé)

2. De toute projection d’un futur angoissant et incertain (en entretenant nos aspirations à écrire un futur différent).

Allons puiser en nous la sérénité et l’évidence d’un comportement dont on prend l’entière responsabilité en restant ouvert sur l’autre.

Si la santé globale vous intéresse, rejoignez -nous dans le groupe privé Facebook « les astuces de Delphine et ses copines »

Des idées, de la motivation et de l’entraide vous y attendent. https://www.facebook.com/groups/453745628296735/?ref=share

Épidémie de résistance à l’insuline: les solutions

Depuis plusieurs années, les demandes d’accompagnement pour des résistances à l’insuline ne cessent d’augmenter. Parfois, ce sont les nutritionnistes qui les subodorent face à une patiente chez qui la perte de poids résiste un peu ou dont la prise de sang expose clairement le tableau.

Traiter une résistance à l’insuline débutante c’est prévenir le diabète (de type 2)

Le diabète est défini par une glycémie à jeun > 1,26g/L à 2 reprises consécutives. Il est la conséquence d’un phénomène plus ancien et plus insidieux et qui constitue la cause du diabète appelée: l’insulinorésistance. Celle-ci s’installe bien avant d’avoir une glycémie élevée !!

Laissez-moi vous expliquer:

L’insuline est l’hormone qui permet de réguler la glycémie en aidant le glucose sanguin à pénétrer nos cellules.

Lors d’une insulinorésistance, les cellules présentent une certaine résistance à l’efficacité de l’insuline et notre pancréas compense dans un premier temps en produisant encore plus de cette hormone. Cela permet de stabiliser momentanément la glycémie.

Avec le temps, le pancréas se fatigue et n’arrive plus à suivre sa production insulinique.

À ce moment-là, la glycémie augmente.

Si rien n’est mis en place, les taux de glucose sanguins seront très élevés car il n’y aura presque plus d’insuline produite.

Où est le problème ?

Le problème actuellement, c’est que la médecine cherche à traiter l’hyperglycémie au lieu de traiter l’insulinorésistance.

On soigne un symptôme au lieu de soigner la cause ! 😡

Bien sûr il est primordial de maintenir une glycémie équilibrée afin de prévenir les complications du diabète, mais ce maintien artificiel (par des médicaments) ne résout en rien la cause qui perdure et s’aggrave !

En attendant, de nombreuses années se sont écoulées avec toutes les complications métaboliques qui ont déjà commencé…

Comment repérer les signes d’insulinorésistance?

On peut soupçonner une insulinorésistance avec les signes suivants:

– Une hausse des triglycérides sanguins couplée à un baisse du HDL cholestérol (et une petite hausse du LDL cholestérol)

– Une obésité abdominale

– Une sédentarité

– Une prise de poids ou une difficulté à en perdre

Un autre indice intéressant est l’indice HOMA

Cet indice est beaucoup plus fiable car il est calculé en se basant non seulement sur la glycémie à jeun mais également sur l’insulinémie

Comment faire pour s’en sortir ?

Voici quelques points clefs, non exhaustifs (cela serait bien trop long à développer)

– Mettre le pancréas au repos en éliminant les sucres raffinés hyperinsulinogènes, pas seulement présents dans les gâteaux: frites, chips, pain blanc, biscottes, brioche, pain de mie, crèmes desserts, confiture,… en les remplaçant par des légumes et légumineuses !

L’allongement du jeûne nocturne donne des résultats probants si il est adapté et suivi correctement. Malheureusement, l’effet de mode du jeûne intermittent rend sa pratique erronée ou mal comprise.

– Perdre du poids au niveau abdominal

– La pratique d’une activité physique d’endurance associée à des intervalles à haute intensité (HIIT) permettent une augmentation majeure de la faculté de captation de glucose par les cellules et augmente la sensibilité de ces cellules à l’insuline

– Corriger les carences micronutritionnelles qui sont souvent prises à la légère autant par les patients que par la médecine traditionnelle !

NB: certains médicaments peuvent aggraver une résistance à l’insuline !

C’est le cas notamment des médicaments anti cholestérol ou « statines » données pour la prévention des maladies cardiovasculaires mais peuvent rendre diabétique (effet indésirable classifié comme fréquent sur les notices) ce qui constitue un facteur de risque majeur de risque cardiovasculaire !

En résumé :

Mesurer une glycémie pour dépister le diabète n’est pas du tout suffisant car on peut très bien être insulinorésistant tout en ayant été glycémie normale! J’entends souvent les patients me dire: j’ai pas le diabète parce que leur glycémie est bonne….vous comprendrez que cela est plus complexe.

Agissez rapidement et ne laissez pas s’installer le cercle vicieux de l’insulinorésistance.

Le sujet de la santé en lien avec l’alimentation vous intéresse ?

N’hésitez pas à rejoindre le groupe Facebook :

https://www.facebook.com/groups/453745628296735/

Détox l’hiver: mauvaise idée !

Oui l’idée est tentante, c’est vrai.

Si il est essentiel d’écouter son corps, il y a des choses à faire au bon moment et dans le respect de notre physiologie. Si j’écris ceci, c’est parce que j’ai reçu 19 messages (oui je les ai compté 😀) me demandant des conseils « détox », produits, cures, jus….

Tout d’abord le terme détox est galvaudé et on l’utilise à tort et à travers. À cette période, quand vous parlez de détox, c’est parce qu’après une période gustativement festive, vous avez envie de soulager, tantôt un estomac, un intestin ou un foie…(ou les trois 😇). Une envie de vous purifier qui est totalement légitime.

Mais l’hiver, on ne fait pas de détox, notre corps est conçu pour fonctionner à plein régime afin de nous maintenir au chaud, de lutter contre les agressions virales ou autres.

Vous ne faites pas l’entretien de votre chaudière en hiver !!

L’hiver, notre corps a besoin d’être câliné, réchauffé avec douceur. Il a besoin également de ralentir, de dormir…

Mais alors que faire si vous vous sentez « mal » des excès en tout genre?

Mon conseil est de manger des soupes, se faire des tisanes, des infusions, un bain. S’offrir le temps de se préparer un bouillon d’os est une idée excellente !

Mais avant tout, écoutez ce que votre corps vous réclame et voyez comment vous vous sentez après tel ou tel aliment. Malgré tout, si vous êtes convaincue que vous devez faire une détox, faites-là…et restez à l’écoute de ce que vous ressentez.

Le printemps sera bientôt là, accompagné d’un renouveau que nous pourrons suivre avec une cure de printemps adaptée à nos besoins.

Si vous êtes une femme et que la santé dans le respect de qui nous sommes vous intéresse, n’hésitez pas à rejoindre le groupe Facebook: Les astuces de Delphine et ses copines.

https://www.facebook.com/groups/453745628296735/