Le meilleur outil anti-stress 

J’ai appris récemment qu’un américain parcourt la planète à la recherche des sons de la nature et recherche les zones exemptes d’anthropophonie (bruits humains).

D’après lui, ces zones sont extrêmement rares et se raréfient au rythme de l’industrialisation du monde.

Ce qui est intéressant, c’est son point de vue sur la chose.

Je cite ce bio-acousticien:

« Dans le silence, je sais qui je suis et ce que je fais ».

Personnellement, cela me conforte dans mon choix de ressourcement dans le silence intérieur. Cela demande de ne pas allumer la radio, la télé, couper les sources de musique…

Tout bruit, s’ajoute à notre brouhaha mental et l’accentue davantage et nous rend confus.

Quand j’ai besoin de réfléchir, quand je ne vois plus clair, je réclame le silence. 

Je préviens aussi mon entourage de mon besoin de silence radio ! J’adore cela et c’est pour moi une technique infaillible pour clarifier ma pensée.

Mes proches le savent et respectent ce choix: je leur en suis remplie de gratitude.

Pourquoi certains recherchent le bruit?

Il semble agir comme un élément rassurant, il sécurise. Le bruit agit comme un médicament inefficace et perfide car il accentue les tensions corporelles.

Le bruit est un tourbillon qui est un subterfuge pour ne pas se faire face.

La méditation invite au silence intérieur. Lorsqu’on n’y parvient les effets sur la santé sont bien concrets et démontrés par la science.

Notre concentration augmente 

Nos capacités cognitives s’améliorent 

La résistance au stress est meilleure

La dépression s’atténue 

➡️Il est également démontré que 2 heures de silence par jour favorisent la régénération des cellules de notre hippocampe qui est entre autres la zone de la mémorisation et de l’apprentissage.

➡️2 Minutes de silence complet permettent au corps de libérer les tensions de stress accumulées durant la journée.

Pensez-vous pouvoir trouver ces 2 minutes à défaut des deux heures ?

Je vous souhaite à tous d’implémenter cela dans votre quotidien et d’améliorer par de petits actes, la qualité de votre vie.

Grignotages sains…

Aaaah le rêve de beaucoup de gens…grignoter et ne pas prendre de poids. Il suffit de taper ces deux mots sur Google pour s’en convaincre. D’ailleurs vous espérez certainement aussi que je vous liste des grignotages sains, pas vrai ?

Alors soyons clair, il y a antinomie entre les deux termes de mon titre !

Grignoter est un verbe présentant plusieurs acceptions:

  • Manger du bout des dents
    Manger de petites choses de temps à autres.
    Détruire peu à peu quelque chose.

Sainement :

  • De façon saine et hygiénique

De deux choses l’une, ou on a faim et dans ce cas grignoter ne sera pas suffisant ou on n’a pas faim (ou on commence à ressentir la faim) et dans ce cas on ne mange pas, on patiente un peu.

Le problème vient d’une théorie douteuse, toujours d’actualité dans certaines pathologies qui voudrait qu’on mange très (trop) régulièrement….comme pour éviter la faim, comme si c’était un ennemi à combattre.

Reconnaissez-vous vraiment ce qu’est la sensation de faim? (Il est entendu que je ne vise pas ici les états dramatiques de famine).

La faim est une sensation qui ne crée pas de malaise physique, de tête qui tourne, de nausée….si vous avez cela, il se peut que vous présentiez une hypoglycémie (réactionnelle ou non). La faim que l’on ressent durant 20-30 minutes n’est pas intolérable. C’est une information de votre corps qui vous orientera à manger un vrai repas consistant. On pourrait évidemment lister les différentes formes de faims mais ce n’est pas le sujet.

Manger toutes les 2,3 ou 4 heures n’est pas justifié ! Votre estomac a-t’il eu le temps de se vider avant que vous le remplissiez ? Votre tube digestif a-t’il droit à des temps de pause, de repos pour se régénérer ?

Alors grignoter sainement est juste un leurre supplémentaire pour nous pousser à la consommation. Écoutez votre corps, vos sensations plutôt que votre besoin de satisfaction immédiate. Ne systématisez pas votre journée en 3 repas-3 collations au risque d’épuiser votre organisme. 

On me dira: et même une carotte, je ne peux pas ? Mais bien sûr que vous pouvez mais il faudra vous demander pourquoi vous la mangez? Est-ce par faim ou besoin de calmer votre nervosité parce que votre chéri(e) n’a pas monté pour la Xème fois la manne de linge ostensiblement déposée au bas de l’escalier ? (Voyez comment il est possible de faire passer des messages subliminaux)

Dans le premier cas, la carotte sera insuffisante et dans le second, la manne de linge n’aura pas bougé d’un centimètre.

Et si le « besoin » de collation se fait trop ressentir posez-vous d’abord ces deux questions:

  • mon repas de midi a-t-il été assez copieux?
  • Mon repas du soir n’est-il pas pris trop tardivement ?

En rétablissant cela, il y a fort à parier que les grignotages se feront plus rares. Et si parfois votre grignotage n’est pas hyper sain, vous n’en mourrez pas non plus. 

Mangez, savourez et rigolez !

Mes articles

Mon souhait est de vous partager ma passion, mes connaissances, mes recherches, mon expérience en matière de nutrition, nutrithérapie, aromathérapie……..face à des problématiques récurrentes que sont la gestion du poids, le stress, la fatigue,… et bien d’autres sujets également.

Rien de grand ne s’est accompli dans le monde sans passion
G.W.F. Hegel