Le meilleur des coupe-faim

Pourriez-vous me conseiller un « coupe-faim »?

Cela fait partie des questions que j’ai le plus entendues en consultation.

Peut-être avez-vous déjà souhaité également consommer cette pilule miracle qui couperait ce que vous pensez être de la faim?

Sachez que c’est précisément PARCE QUE VOUS NE RESSENTEZ plus la faim que cette envie arrive ! (Si si je vous assure !)

Je m’explique

Les deux grandes explications à cette impression d’avoir faim tout le temps sont:

1. Manger tout le temps, et des aliments faisant varier fortement la glycémie

2. Manger pour anesthésier des émotions trop inconfortables.

3. Un mélange des 2 premières explications (le plus souvent)

Ce dont vous avez besoin n’est dès lors PAS d’un coupe-faim mais d’un OUVRE-FAIM ! (Je n’ai pas dit apéritif)

C’est en mangeant que vous couperez votre faim ….oui je sais cela fait un peu lapalissade mais en réalité cela ne l’est pas (voir point 1)

Comment faire ? Voici 3 astuces qui vous aideront sans aucun doute.

– Boire régulièrement et suffisamment d’eau (le conseil peut sembler banal et pourtant l’appliquez-vous?)

⁃ En mangeant de vrais aliments, le moins transformés possibles en ayant la sensation de faim. (Au début, sans compter ni peser mais en mangeant lentement).

⁃ En respectant votre corps, votre tube digestif en lui offrant un temps de repos suffisant sans manger. (À vous de modifier progressivement ce délai si besoin).

C’est surtout en mangeant mieux que l’on peut re paramétrer les vraies sensations de faim qui sont des informations utiles et nécessaires à ne pas confondre avec la faim émotionnelle.

Ah ces émotions qui nous dérèglent tellement de choses !

Et pourtant, quand on apprend à les écouter, à les ressentir sans s’identifier à elles, on peut en faire nos meilleures alliées.

C’est le thème de ma prochaine formation et si vous voulez être tenue au courant: rejoignez ma liste d’émail VIP.

https://delphineblondel.podia.com/

Ou alors retrouvez-moi dans mon groupe Facebook

https://www.facebook.com/groups/453745628296735/

Une erreur trop fréquente

Dans la démarche de réduire le sucre de leur alimentation, il est fréquent de voir les gens se tourner vers les glucides au goût non sucré mais contenant de l’amidon raffiné qui se transforme rapidement en sucre.

Cet excès de zèle les place alors dans un désarroi compréhensible car ils n’ont pas l’impression de manger du sucre.

Ces glucides sont encore étiquetés « lents » ou « complexes » alors que cette appellation n’est plus correcte.

Parmi ces aliments, on retrouve

-le pain blanc

-les pains précuits

-les galettes de riz, de maïs ou autres céréales précuites

-les riz précuits

-les pâtes précuites

-les pâtes blanches

-les amidons trop cuits

-…

Ce 7 mars débute un coaching-formation LIBRE DU SUCRE « nouvelle formule » afin d’allier le suivi individuel et la force du groupe.

1️⃣ suivi individuel ciblé sur les sucres et les glucides

2️⃣ formations sur différents thèmes afin de vous apprendre à gérer vous-même votre consommation de sucre. Par exemple

-la gestion des émotions,

-l’index glycémique,

-réduire l’impact du sucre sur la glycémie,

-astuces pour réduire la dépendance…

accessibles à vie

3️⃣ coachings de groupe via zoom afin de répondre à vos questions et garder votre motivation.

4️⃣ recettes et menus pour 15 jours : matin-midi-soir-collations-soupes

5️⃣ l’accès à un groupe Facebook

6️⃣la possibilité de me contacter et de me poser des questions 7j/7 durant le coaching

Si cela vous parle, envoyez-moi un mail et je vous transmettrai le programme complet.

blondel.delphine@gmail.com

L’ennemi principal de notre santé : le sucre

Je ne vous apprends rien en vous disant que le sucre est une substance qui rend accro.

Les industriels ont identifié notre plus grande faiblesse : le sucre raffiné.
Associé à de la graisse et/ou a du sel, ils arrivent à nous rendre dépendants en ciblant la partie de notre cerveau responsable de l’addiction…

C’est pour cette raison, qu’aujourd’hui, vous n’arrivez pas à résister à l’appel du sucre sous différentes formes.

Le cerveau, déréglé, est constamment en recherche de sucre, car il est synonyme de plaisir pour lui.

Ce qui va amplifier votre besoin (dopamine) à vous en procurer comme une « droguée » en manque.

Plus vous consommez du sucre, plus votre corps vous en réclame.

Et plus on en consomme, plus le risque de développer certaines maladies ou problèmes augmente.

⁃ résistance à l’insuline

⁃ Prise de poids

– Dépression

⁃ Manque de concentration

⁃ Maladie cardiovasculaires

⁃ Hypertension

⁃ Obésité

⁃ Les caries

⁃ Inflammation

⁃ Reflux gastrique

– Réduction de l’immunité

⁃ Troubles intestinaux (déséquilibre du microbiote)

⁃ Diabète de type 2

⁃ Troubles cardio-vasculaires

⁃ Vieillissement prématuré de la peau

⁃ Humeur variable

⁃ Troubles de la concentration, de la mémorisation

⁃ …


C’est pour cela que vous devez AGIR maintenant !

Ce 7 mars, on débute une nouvelle formation coaching LDS Libre du sucre dont le but est d’apaiser la relation au sucre.

Un coaching qui allie

– Formation pour comprendre

Un coaching de groupe pour le soutien

Un coaching individuel car vos objectifs et vos besoins sont personnels

Pour obtenir le programme hyper détaillé , n’hésitez pas à me contacter.

👉🏻Par messenger

👉🏻Par mail: blondel.delphine@gmail.com

👉🏻Par sms: 0496255645

LDS

Fatigue, sommeil et gestion du poids

Perdre du poids en dormant : rêve ou réalité ?

Ces dernières années, plusieurs recherches scientifiques ont montré qu’un sommeil de qualité est essentiel pour perdre les kilos superflus, pour maigrir. Autrement dit, il est grand temps d’inclure à votre régime minceur, en plus du bonne diététique et de l’exercice physique, un sommeil réparateur! 

1. LES GRAISSES ET LES SUCRES

Le fait de mal dormir, d’avoir du mal à s’endormir, de se réveiller constamment, de ronfler sont des signaux d’alarme qui permettent de détecter des troubles métaboliques tels que les triglycérides et l’hyperglycémie (graisses et sucres) et, par conséquent, l’excès de graisse localisé et l’hypertension.

2. DIABÈTE

La quantité de sommeil a une relation directe avec la régulation de l’insuline. Même quelques nuits de mauvais sommeil peuvent entraîner une résistance à l’insuline et donc, à long terme, vous prédisposer au diabète.

3. STRESS

Le sommeil régule le cortisol, l’hormone du stress. Un sommeil réparateur diminue le taux de cortisol, alors qu’au contraire, si ce taux reste élevé, il entraîne une augmentation de la glycémie, de l’hypertension ainsi que des sautes d’humeur, de l’irritabilité et l’envie de manger. 

4. POIDS EXCESSIF

Insuline, cortisol, comme nous l’avons vu, mais aussi ghréline et leptine.Toutes sont des hormones qui transmettent la sensation de faim et de satiété, et influencent l’appétit et le stockage des graisses.

Une étude a même montré qu’après seulement deux nuits avec seulement 4 heures de sommeil, l’hormone de la faim, ghréline, augmentait de 28 % tandis que l’hormone de la satiété, leptine, diminuait de 18 %.

5. DÉSÉQUILIBRES HORMONAUX

Le sommeil stimule la production de l’hormone de croissance. Pour les enfants, elle est essentielle au développement, tandis que pour les adultes, elle régule la relation entre la masse musculaire, osseuse et graisseuse. Un manque de cette hormone entraîne non seulement un déséquilibre de la masse corporelle, c’est-à-dire qu’elle diminue la masse musculaire et augmente la masse grasse, mais a également des effets négatifs sur l’humeur et la perception de son propre bien-être.

Moins vous dormez, plus vous mangez (et vice versa).

Peut-être est-ce dû à des déséquilibres hormonaux ou au stress, mais ce qui est certain, c’est que ceux qui dorment peu mangent plus. Non seulement le métabolisme ralentit, mais ils ont plus faim et, comme si cela ne suffisait pas, le corps a besoin de plus d’aliments énergétiques, de glucides et de graisses. 

Si le manque de sommeil entraîne des troubles alimentaires et l’obésité, l’inverse est malheureusement également vrai. Les personnes en surpoids sont certainement exposées à des troubles du sommeil tels que l’apnée du sommeil, l’une des principales causes des réveils fréquents qui empêchent un bon repos.

Que pouvez-vous faire pour bénéficier d’un sommeil de qualité ? 

Une alimentation équilibrée et saine aide à bien se reposer. Il est important de prendre des repas légers et digestes, surtout à l’heure du dîner, et si nécessaire de l’anticiper pour avoir le temps d’éliminer les graisses et les calories avant de se coucher. En outre, laisser passer plus de 8 heures entre le dîner et le petit-déjeuner stimule la lipolyse, c’est-à-dire l’élimination des graisses, car cela met l’organisme en réserve et aide alors à brûler les graisses !

Une attention particulière doit être en même temps accordée à tous les aliments qui contiennent de la mélatonine, l’hormone du sommeil qui aide à perdre du poids. Des études ont montré que la mélatonine stimule la production de « graisse beige ».

Les personnes en surpoids ont une dette de graisse beige qui peut, par conséquent, être stimulée par la prise de mélatonine. À noter que la mélatonine peut être incluse dans le régime alimentaire sous la forme d’un complément. Cette hormone est plus efficace lorsqu’elle est prise par le biais d’aliments qui en contiennent naturellement.

Pour finir, retenez que la quantité de sommeil est toujours liée à la qualité du sommeil. Nous pourrions dormir 10 heures d’affilée, mais si nous dormons mal, nous n’en tirerons aucun bénéfice, au contraire… mal dormir est très souvent la cause de nombreux troubles nerveux, alimentaires et aussi cognitifs…

Si cela vous parle et vous intéresse, j’ai créé une formation sur le sujet accompagnée des recettes pour chacun des repas de la journée.

Vous pouvez accéder au programme de la formation en cliquant ici. Lien vers le programme

La formation SLEEP ou mieux manger pour mieux dormir travaille sur 3 axes:

– nourrir le cerveau correctement afin de favoriser la production de neurotransmetteurs.

– une alimentation anti-inflammatoire

– un équilibre du microbiote intestinal.

Vous recevez également des recettes, des conseils généraux, une liste d’huiles essentielles pour soutenir le sommeil, une respiration guidée….

La formation est accessible 24h/24 à vie

Le tarif préférentiel est temporaire.

Actuellement 70€ et 99€ dès novembre

SLEEP

Épuisée ? Découragée ?

1er confinement, 2ème confinement, le froid, la neige, le manque de lumière,…

⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️

Épuisement, Démotivation, Déprime, Découragement, Cafard, moral à zéro,…

⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️

Excès alimentaire, alcool, sucre, quantités excessives ,

Prise de poids…. Si cela vous dit quelque chose, il est possible que le prochain coaching vous intéresse.

Énergie & Mindset : 21 jours pour se préparer au printemps. (Du 1er Mars au 21 mars)

Il ne s’agit pas d’un régime !

Pour y participer

✅ Être une femme

✅ Être dans le groupe Facebook (les astuces de Delphine et ses copines)

✅ Être inscrite avant le 27 février 2021

✅ Avoir un objectif santé

✅ Avoir envie que les choses bougent

Si vous souhaitez le programme, envoyez-moi un mail. Je vous l’enverrai rapidement.

L’objectif est de vous redonner de la motivation et augmenter votre énergie en vous donnant des outils pour y arriver.

Le tarif de lancement est de 70 €

Ne tardez pas …

Mon mail: blondel.delphine@gmail.com

https://www.facebook.com/groups/453745628296735/

7 règles pour mieux manger

1 : Manger des repas dont vous connaissez les ingrédients

Cette règle est simple et malheureusement peu appliquée. Les aliments industriels existent pour être rentables et NON pour vous faire du bien la majorité du temps. Ces aliments apportent essentiellement des sucres, des graisses saturées et des additifs. De plus, ces aliments sont souvent extrudés, trop chauffés, nécessitant une faible mastication.

2 : Manger plus de légumes 

Nous devrions manger la moitié de notre assiette en légumes, et plus précisément la moitié de tout ce que nous consommons. Cela permettrait également à notre microbiote (flore intestinale) d’être en meilleure forme. Or de l’intégrité de notre santé intestinale, dépend notre santé immunitaire. Les légumes sont très riches en anti-oxydants, substances protectrices indispensables à nos cellules. La consommation de légumes en suffisance alcalinise le corps qui a tendance à être bien trop acide (faisant ainsi le lit aux maladies inflammatoires). Glycémie instable, cholestérolémie élevée, constipation, fatigue….trouveraient une réponse dans le respect de cette règle.

3 : Eviter les aliments contenant des calories vides

Il s’agit bien souvent d’aliments raffinés ne contenant plus de micronutritments.
Par exemple des biscuits industriels ne contenant que sucre, graisses hydrogénées et arômes artificiels………. Par contre, faites vous plaisir de temps en temps avec une pâtisserie « maison » dont vous connaissez les ingrédients.

4 : Limitez les sodas

Ils sont tentants: vos enfants vous en réclament, ou vous avez envie de boire autre chose que de l’eau…Sachez cependant que si un verre de temps en temps ne vous tuera pas, une consommation quotidienne augmente énormément le risque de développer une stéatose hépatique non alcoolique (NASH) ce qui est très préoccupant également pour nos enfants. Un autre aspect dont il faut tenir compte, c’est que notre « cerveau » ne comptabilise pas l’énergie ingérée sous forme de boisson sucrée…cela ouvre parfois même l’appétit.

5 : Manger des bonnes graisses

Longtemps critiquées, évitées voire évincées de l’alimentation, certaines graisses sont pourtant indispensables pour régénérer nos cellules et surtout celles de notre système nerveux. De manière générale, on peut les trouver dans des huiles de première pression à froid (colza, olive, …), les avocats, les fruits secs oléagineux, les graines oléagineuses…Chaque jour, vous devez veiller à en consommer pour optimiser le renouvellement de vos cellules. La qualité des graisses que nous consommons impacte sur notre humeur, l’état inflammatoire du corps, la viscosité du sang

6 : Manger des aliments à index gycémique bas

Les aliments dont l’index glycémique (IG) évite de faire monter la glycémie de manière trop rapide et donc fatiguent moins le pancréas qui peut modérer sa production d’insuline. Par expérience, la diététicienne-nutritionniste calcule la charge glycémique de vos aliments, ce qui est plus précis que l’index glycémique.

 

7 : Boire de l’eau en suffisance

L’eau, nutriment ESSENTIEL à un fonctionnement correct de notre métabolisme, doit être remise au centre de notre alimentation ! Les quantités vont bien sûr dépendre de plusieurs facteurs (âge, taille, poids, sexe, travail, activité physique…) mais quoi qu’il en soit, un minimum de 1,5 litre d’eau est essentiel. Lorsque vous ne savez pas quelle eau choisir, achetez-là faiblement minéralisée de préférence.