L’hangxiety un nouveau mot pour un phénomène ancien

Nous vivons une période très anxiogène et ce, depuis un long moment.

En consultation, de nombreuses personnes m’expliquent avoir besoin de leur consommation d’alcool pour gérer leur anxiété.

Le piège est là…c’est que la consommation d’alcool est souvent suivie d’un lendemain accompagné d’anxiété… et pour gérer l’anxiété, il est tentant de boire…

Un cercle vicieux.

Le néologisme « hangxiety » décrit l’anxiété qui suit une soirée (trop) arrosée.

Cela arrive aux consommateurs réguliers comme à ceux qui exagèrent ponctuellement.

Tout cela s’explique en partie par une chute de dopamine, qui est un neurotransmetteur qui motive et met en joie.

Parallèlement, le taux de cortisol augmente et s’accompagne d’une sensation de stress.

À cela s’associent également des pertes en minéraux et vitamines.

Quant aux interactions avec la prise de médicaments, elles potentialisent les effets délétères de l’alcool sur le corps.

On peut sortir de ce cercle vicieux. Il faut parfois se faire aider.

Manger des aliments digestes, Consommer beaucoup d’eau et sortir s’aérer fait partie des choses que vous pouvez faire les lendemains d’excès.

Sur le long terme, la nutrithérapie va soutenir la chimie cérébrale: hydratation, omega3, acides aminés précurseurs de neurotransmetteurs,…

L’ingrédient de départ reste le souhait de se sentir mieux et de trouver des alternatives à l’anxiété.

Rejoignez le groupe Facebook 😀

L’ennemi principal de notre santé : le sucre

Je ne vous apprends rien en vous disant que le sucre est une substance qui rend accro.

Les industriels ont identifié notre plus grande faiblesse : le sucre raffiné.
Associé à de la graisse et/ou a du sel, ils arrivent à nous rendre dépendants en ciblant la partie de notre cerveau responsable de l’addiction…

C’est pour cette raison, qu’aujourd’hui, vous n’arrivez pas à résister à l’appel du sucre sous différentes formes.

Le cerveau, déréglé, est constamment en recherche de sucre, car il est synonyme de plaisir pour lui.

Ce qui va amplifier votre besoin (dopamine) à vous en procurer comme une « droguée » en manque.

Plus vous consommez du sucre, plus votre corps vous en réclame.

Et plus on en consomme, plus le risque de développer certaines maladies ou problèmes augmente.

⁃ résistance à l’insuline

⁃ Prise de poids

– Dépression

⁃ Manque de concentration

⁃ Maladie cardiovasculaires

⁃ Hypertension

⁃ Obésité

⁃ Les caries

⁃ Inflammation

⁃ Reflux gastrique

– Réduction de l’immunité

⁃ Troubles intestinaux (déséquilibre du microbiote)

⁃ Diabète de type 2

⁃ Troubles cardio-vasculaires

⁃ Vieillissement prématuré de la peau

⁃ Humeur variable

⁃ Troubles de la concentration, de la mémorisation

⁃ …


C’est pour cela que vous devez AGIR maintenant !

Ce 7 mars, on débute une nouvelle formation coaching LDS Libre du sucre dont le but est d’apaiser la relation au sucre.

Un coaching qui allie

– Formation pour comprendre

Un coaching de groupe pour le soutien

Un coaching individuel car vos objectifs et vos besoins sont personnels

Pour obtenir le programme hyper détaillé , n’hésitez pas à me contacter.

👉🏻Par messenger

👉🏻Par mail: blondel.delphine@gmail.com

👉🏻Par sms: 0496255645

LDS

STOP aux photos avant-après en nutrition !

La pire des humiliations est pour moi les photos avant après une perte de poids ! Bien que motivantes au premier abord, cela reste quelque chose de personnel. L’évolution, la progression d’un comportement, d’un mental ne devrait jamais être évaluées à l’aune d’une perte de poids et encore moins d’une photo !

Que se passe-t-il dans la tête de la personne qui reprendra du poids? Car on le sait, il est facile de déclencher une perte et encore plus facile de reprendre…

Que se passe-t-il dans la tête de la personne qui a besoin de temps pour changer?

Que se passe-t-il dans la tête d’une femme qui doit suivre un traitement hormonal pour une FIV, un cancer, une thyroïde instable….

Que se passe-t-il dans la tête d’une femme qui est enceinte, qui vient d’accoucher, est en pré-ménopause ou en ménopause ?

Que se passe-t-il dans la tête d’une enfant, d’une adolescente qui prendra inéluctablement du poids durant sa croissance ?

Si on arrêtait de se peser…

Si on arrêtait de se comparer

Et si on commençait à s’accepter pour mieux avancer ? laissons les « avant-après » à d’autres professions !

Rejoignez-moi dans le groupe FB Les astuces de Delphine et ses copines

Épuisée ? Découragée ?

1er confinement, 2ème confinement, le froid, la neige, le manque de lumière,…

⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️

Épuisement, Démotivation, Déprime, Découragement, Cafard, moral à zéro,…

⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️

Excès alimentaire, alcool, sucre, quantités excessives ,

Prise de poids…. Si cela vous dit quelque chose, il est possible que le prochain coaching vous intéresse.

Énergie & Mindset : 21 jours pour se préparer au printemps. (Du 1er Mars au 21 mars)

Il ne s’agit pas d’un régime !

Pour y participer

✅ Être une femme

✅ Être dans le groupe Facebook (les astuces de Delphine et ses copines)

✅ Être inscrite avant le 27 février 2021

✅ Avoir un objectif santé

✅ Avoir envie que les choses bougent

Si vous souhaitez le programme, envoyez-moi un mail. Je vous l’enverrai rapidement.

L’objectif est de vous redonner de la motivation et augmenter votre énergie en vous donnant des outils pour y arriver.

Le tarif de lancement est de 70 €

Ne tardez pas …

Mon mail: blondel.delphine@gmail.com

https://www.facebook.com/groups/453745628296735/

Marre des interdits !

Sur le principe visant à une sensibilisation, je suis d’accord car il faut pouvoir se rendre compte que notre société pousse aux excès en tout genre: alcool, sucre, tabac,…

Quelques jours c’est bien mais s’interdire (hors problème de santé le nécessitant) de boire un verre (si on aime ça ) ou manger un bout de cake maison sous prétexte qu’on est dans « son mois sans », c’est méconnaître un principe de base qui peut expliquer de nombreux échecs quand on veut modifier son alimentation.

Dès que vous vous interdisez quelque chose, vous engendrez une envie irrésistible d’y succomber et cela peut virer à l’obsession. La restriction cognitive avec ses interdits nous éloigne de l’alimentation intuitive et respectueuse de nos besoins. On peut également, par ce biais, créer des désordres alimentaires qui n’étaient pas présents au départ !

Il y a sans aucun doute de l’abus dans notre alimentation, tant au niveau qualitatif que quantitatif. Nombreuses sont les personnes qui n’ont pas conscience des quantités de sucres ou de graisses qu’elles consomment. Là un travail guidant vers la prise de conscience et la modération est intéressant.

Pensons à l’image que nous transmettons à nos enfants, soyons cohérents !

La bonne nouvelle, c’est qu’en prendre conscience c’est déjà faire une partie du chemin vers l’équilibre.