Les céréales industrielles nous rendent-elles stressés et dépressifs ?

On a souvent une vision idéalisée des céréales qui nous font penser à des champs de blé, à la nature !

S’il faut nuancer certains propos, les céréales industrielles sont actuellement modifiées pour avoir un taux de gluten tellement élevé, que par cette composition, elles agissent sur les centres cérébraux de l’addiction et du plaisir. On y ajoute une dose massive de sucre !

(Et je ne parle pas des pesticides !)
L’action cumulative du gluten et du sucre crée de l’inflammation cérébrale.

Or, une intolérance au gluten, un excès de graisse abdominale peuvent être la cause des maux de tête chroniques.
Une glycémie élevée interfère avec la disponibilité de certains neurotransmetteurs et du magnésium.

Les molécules de glucose se lient aux protéines du cerveau (on appelle cela la glycation) et provoque un rétrécissement des tissus cérébraux. A terme, cela crée une réduction des capacités d’apprentissage.

Selon le professeur Kharrazian, auteur du livre « pourquoi mon cerveau ne fonctionne-t-il pas? », cela ouvre la voie aux état anxieux et aux symptômes dépressifs.

Alors on fait quoi ?

Si vous allez bien: ne changez rien 😊

Si vous avez l’impression d’avoir des troubles cognitifs, de concentration, de mémoire. Il est intéressant de revoir votre consommation de céréales industrielles, aux envies irrépressibles de sucres….

L’avenir n’est pas rose si on ne fait rien…la consommation de sucre a triplé ces 50 dernières années….

Mais chacun possède son libre arbitre.

Gardez votre esprit critique face à la publicité, aux emballages racoleurs, incitatifs et déculpabilisants.

Et surtout, fuyez les aliments avec de loooongues listes d’ingrédients.

N’hésitez pas à vous abonner à mes articles. Vous serez les premiers avertis pour mes formations à venir. Les places sont limitées.

Grignotages sains…

Aaaah le rêve de beaucoup de gens…grignoter et ne pas prendre de poids. Il suffit de taper ces deux mots sur Google pour s’en convaincre. D’ailleurs vous espérez certainement aussi que je vous liste des grignotages sains, pas vrai ?

Alors soyons clair, il y a antinomie entre les deux termes de mon titre !

Grignoter est un verbe présentant plusieurs acceptions:

  • Manger du bout des dents
    Manger de petites choses de temps à autres.
    Détruire peu à peu quelque chose.

Sainement :

  • De façon saine et hygiénique

De deux choses l’une, ou on a faim et dans ce cas grignoter ne sera pas suffisant ou on n’a pas faim (ou on commence à ressentir la faim) et dans ce cas on ne mange pas, on patiente un peu.

Le problème vient d’une théorie douteuse, toujours d’actualité dans certaines pathologies qui voudrait qu’on mange très (trop) régulièrement….comme pour éviter la faim, comme si c’était un ennemi à combattre.

Reconnaissez-vous vraiment ce qu’est la sensation de faim? (Il est entendu que je ne vise pas ici les états dramatiques de famine).

La faim est une sensation qui ne crée pas de malaise physique, de tête qui tourne, de nausée….si vous avez cela, il se peut que vous présentiez une hypoglycémie (réactionnelle ou non). La faim que l’on ressent durant 20-30 minutes n’est pas intolérable. C’est une information de votre corps qui vous orientera à manger un vrai repas consistant. On pourrait évidemment lister les différentes formes de faims mais ce n’est pas le sujet.

Manger toutes les 2,3 ou 4 heures n’est pas justifié ! Votre estomac a-t’il eu le temps de se vider avant que vous le remplissiez ? Votre tube digestif a-t’il droit à des temps de pause, de repos pour se régénérer ?

Alors grignoter sainement est juste un leurre supplémentaire pour nous pousser à la consommation. Écoutez votre corps, vos sensations plutôt que votre besoin de satisfaction immédiate. Ne systématisez pas votre journée en 3 repas-3 collations au risque d’épuiser votre organisme. 

On me dira: et même une carotte, je ne peux pas ? Mais bien sûr que vous pouvez mais il faudra vous demander pourquoi vous la mangez? Est-ce par faim ou besoin de calmer votre nervosité parce que votre chéri(e) n’a pas monté pour la Xème fois la manne de linge ostensiblement déposée au bas de l’escalier ? (Voyez comment il est possible de faire passer des messages subliminaux)

Dans le premier cas, la carotte sera insuffisante et dans le second, la manne de linge n’aura pas bougé d’un centimètre.

Et si le « besoin » de collation se fait trop ressentir posez-vous d’abord ces deux questions:

  • mon repas de midi a-t-il été assez copieux?
  • Mon repas du soir n’est-il pas pris trop tardivement ?

En rétablissant cela, il y a fort à parier que les grignotages se feront plus rares. Et si parfois votre grignotage n’est pas hyper sain, vous n’en mourrez pas non plus. 

Mangez, savourez et rigolez !

Vous êtes raplapla, épuisée ou éreintée?

Je rencontre de plus en plus de gens qui tiennent ce discours. Cela m’interpelle vraiment. Non pas que je sois épargnée par la fatigue, mais parce que ce que je constate que cela tend à devenir un lieu commun, une seconde nature presque socialement acceptable et normalisée!

Je n’ai pas la prétention d’avoir un remède miracle mais, force est de constater que l’humain se déconnecte de plus en plus de ses sensations, s’accrochant désespérément à son mental qui le fait osciller entre regret du passé et espoir du futur. 

L’anesthésie des émotions désagréables devient une nécessité: sucre sous toutes ses formes (y compris salées), alcool, achats compulsifs, drogues, médicaments,…

Le camouflage de la fatigue avec des doses de caféine sous couvert de divers sodas, cafés…du sucre (encore lui !), la surconsommation de vitamines, le tabac,…

Alors ne serait-ce pas une urgence vitale que de revenir aux conseils simples, efficaces et naturels ?

  • Repos du corps, de l’esprit, du système digestif aussi 
  • Diminution des sollicitations sonores, visuelles 
  • L’activité physique douce dans le respect du corps
  • Oxygénation correcte par un contact avec la nature mais aussi en améliorant votre respiration
  • Consommation d’eau adaptée à vos besoins  
  • Nourriture spirituelle 
  • Alimentation la plus naturelle possible.

Pour ce faire, votre meilleur thérapeute reste votre bon sens et il sera utile de lui laisser la parole car il a plein de choses à vous dire.

Ne me cherchez pas ce week-end, mon bon sens a pris rendez-vous avec moi ou bien est-ce l’inverse? (Et il y a du boulot 🤔!)

Je vous souhaite un week-end ressourçant, en cohérence avec vos valeurs et vous envoie de l’amour parce que ça donne une énergie fabuleuse ♥️

17 astuces pour maîtriser votre poids

La perte de poids est souvent une des résolutions décidée au début du mois de janvier à la suite de la culpabilité des repas parfois gargantuesques de décembre. Que cette décision soit prise en janvier ou à un autre moment de l’année, je peux souvent trouver des points communs entre les personnes qui arrivent à leur objectif.

Que fait la personne qui arrive à maîtriser sa ligne, son poids ?

  • Sa motivation est personnelle
  • Elle n’est pas pressée mais sait exactement quel objectif atteindre (objectif qui n’est pas forcément un poids)
  • Elle a intégré le fait que sans changement, rien ne se passera et que les changements prennent du temps.
  • Elle a intégré qu’il ne s’agit pas de compter des calories ni des points.
  • Elle  a compris qu’il faut manger de vrais aliments 
  • Elle accepte ses moments de « craquage », se ressaisit rapidement et en tire un enseignement.
  • Elle vient aux rendez-vous, même et surtout si elle a repris momentanément du poids. Souvent, la honte donne envie d’annuler, reculer le rendez-vous…et pourtant c’est à ce moment que votre nutritionniste pourra analyser et décrypter ce qui s’est passé.
  • Elle ne cache rien sur les moments et émotions difficiles à gérer.
  • Elle cesse de croire aux produits miracles et farfelus qui gangrènent les médias et réseaux sociaux.
  • Elle essaie de bouger un peu plus
  • Elle écoute davantage ses sensations et ne mange pas si elle n’a pas faim. Il lui arrive donc de sauter le petit déjeuner ou le souper si son corps ne réclame pas !
  • Elle respecte ses temps de digestion 
  • Elle a appris à différencier: faim, fringales, envie, satiété, gourmandise.
  • Elle mange lentement 
  • Elle lit les étiquettes non pas pour les calories mais pour y vérifier la liste des ingrédients 
  • Elle se respecte chaque jour un peu plus et ne pratique pas (plus) l’auto-dénigrement.
  • Elle fait des activités pour se faire plaisir et gérer ses émotions

Elle= la personne et donc ne voyez aucune orientation sexiste à mon propos qui s’applique à tous 😊

Une fois encore, je souligne l’importance de la confiance qui doit s’établir d’emblée avec le thérapeute.

Quittez la vision étriquée des régimes de famine et des calculs de calories que la société nous a inculquée. Arrêtez de dépenser dans des produits « bidons » et investissez dans votre santé.

Delphine Blondel

Consultations à Frameries

0496/255645

Je me sens moche !

Quoi ? J’ai le droit non ?

Ça vous ne vous est jamais arrivé ?

Parfois, cela m’arrive à la suite d’une nuit où le sommeil n’a pas été au rendez-vous…parfois lors de la découverte d’une rougeur, d’un bouton mal placé au réveil…

Il peut être alors difficile de reprendre confiance en soi rapidement.

Heureusement, il y a autour de nous des gens bienveillants qui nous trouvent beaux quoi qu’il arrive. Et si tel n’est pas le cas, ne laissez JAMAIS quelqu’un critiquer votre physique ! Peu importe son intention !

Dans ces moments là, je sais qu’il faut que je soigne particulièrement mon alimentation, que je bouge un peu plus qu’à l’habitude tout simplement parce que le choix d’aliments que j’aime et qui me feront du bien, un peu de sport me donnent une impression de reprise de contrôle sur mon mental.

Allez, je vous livre quelques-unes de mes astuces !

N’hésitez pas à partager les vôtres 

  • Douche froide (si pas trop le courage, juste les jambes)
  • Brossage du corps (avec une brosse ou un gants de crin)
  • Un soin visage (argile blanche) suivi d’une massage à l’huile de rose musquée 
  • Tisane de gingembre (three ginger de Pukka tea ou ginger de yogi tea)
  • 20 g de chocolat noir (le Pérou de chez Legast mmmmmh)
  • Des séries de respiration (4-16-8-8)
  • Ma playlist 🎼 

Prendre soin de soi, c’est veiller à son sommeil, à son alimentation en qualité et en quantité, à ses boissons, à son oxygénation, à ses pensées, à ses relations, ses lectures, ses hobbies,…

C’est s’écouter, écouter ses besoins au risque de ne pas faire comme tout le monde. C’est faire des choix et les assumer. C’est ne pas laisser autrui nous dicter nos besoins.

Les fêtes arrivent !

Faites vous plaisir, entourez-vous de gens avec qui vous pouvez être vous sans masque. Mangez ce que vous aimez sans exagération, buvez avec modération, dormez suffisamment et rigolez sans limite !

Nous sommes tous beaux si nous assumons qui nous sommes et que nous alignons nos actes et nos pensées.

NB: ne regardez pas ce bouton sur mon menton 😁

Ne prenez pas rendez-vous si…

On me demande souvent comment se déroulent mes consultations. 

Avec les années, la passion ne m’a jamais quitté. Par contre, ma manière de travailler à changé, évolué.

Un vrai luxe pour moi de travailler dans des conditions optimales. L’expérience, les connaissances m’ont fait grandir en même tant que la pratique.

Une consultation c’est avant tout une rencontre de deux ou plusieurs personnes.

Il faut du temps pour cerner, comprendre et tenter de percevoir l’univers de l’autre afin mieux l’aider. 

La confiance est nécessaire et confidentialité impérative.

J’ai fait le choix d’allonger le temps des consultations, 1h30…parfois davantage pour une première consultation.

Bien qu’initialement diplômée en tant que diététicienne, je ne me suis pas suffisamment sentie outillée face aux problématiques de santé qui m’étaient confiées. 

Lors de ma Licence en Santé Publique, j’ai choisi l’orientation Éducation à la santé. Cela me permet d’aider les personnes en développant une compréhension plus globale des différents rapports que l’on peut créer avec la nourriture.

Je suis nutritionniste-nutrithérapeute. 

Je considère ma manière de travailler comme de la psycho-neuro-nutrition. C’est ce que j’ai trouvé de mieux pour la définir.

Se nourrir, ce n’est pas qu’une question de calories, de physiologie, c’est surtout et avant tout des goûts, des valeurs, des croyances, des choix, un vécu, des émotions et un engagement envers soi.En y ajoutant de la compréhension, de la conscience on peut arriver à apaiser ce lien obsessif qui nous lie parfois à l’acte complexe de manger. Cela n’est pas forcément rapide. Mais cela en vaut le coup !

Quand la conscience de qui l’on est apparaît, la route vers l’acceptation et le mieux-être se révèle.

Les outils supplémentaires que j’utilise pour vous soutenir dans les changements sont essentiellement:

  • La nutrithérapie (ou micro nutrition)
  • L’aromathérapie 
  • La phytothérapie 
  • Les fleurs de Bach
  • La cohérence cardiaque 
  • Et d’autres techniques que j’ai pu apprendre lors des formations continues.

En bref: 

⛔️ne venez pas chez moi 

Si vous êtes pressés

Si vous voulez compter les calories, peser tout ce que vous mangez

❎ si vous voulez manger du light

Si vous n’avez pas envie d’expliquer comment se passent vos journées 

Si vous pensez qu’un régime résoudra vos problèmes 

🌸Venez si

 vous êtes prêts à vous engager 

 vous êtes prêts à chuter et vous relever

vous êtes prêts à vous défaire de certaines croyances et idées reçues.

 vous visez les changements sur le long terme 

 vous avez conscience que votre état émotionnel influe sur vos prises alimentaires 

Vous avez compris que l’alimentation est un pilier de tout traitement 

Il n’existe pas qu’une voie unique pour aller d’un point à un autre: chaque personne doit garder son libre arbitre et choisir le chemin qui lui correspondra le mieux.

Les rendez-vous se prennent uniquement par contact téléphonique: 0496255645

10 choses qui vous empêchent de mincir

Un article qui vous invite à réfléchir à vos réflexes, vos conditionnements et vos croyances qui pourraient saboter vos démarches en vue d’affiner votre silhouette !

  1. faire un régime restrictif : malgré la connaissance de l’effet yo-yo des régimes, vous persistez dans des restrictions et des régimes affamants et des interdits dans le but de perdre du poids. Le cerveau déteste la privation de plaisir et vous risquez une chose: aggraver le problème en créant des compulsions.
  2. Utiliser constamment le terme « perdre »: perdre du poids, perdre du ventre, perdre une taille…il m’arrive aussi d’utiliser cette mauvaise expression mais il est alors important de vite se corriger car une fois de plus, notre cerveau n’aime pas ce mot connoté négativement ! 
  3. Compter les calories: vous perdez votre temps ! Et surtout, vous restez dans l’obsession. Les calories ne sont qu’un concept-indicateur global de l’accompagnement aux changements alimentaires. D’autres paramètres sont bien plus importants !
  4. Peser tout ce que vous mangez: même remarque que pour le point 3. De plus, ici, vous faites totalement abstraction du ressenti corporel: vous niez votre corps. Certains jours nous avons plus faim que d’autres. (Encore faut-il savoir correctement identifier sa faim). Ceci dit, il est parfois utile de peser certains aliments pour se rendre compte de ce que l’on consomme ou ne fut-ce que pour une recette.
  5. Se peser trop souvent. Une fréquence conseillée serait 1 fois par semaine toujours dans les mêmes conditions. Vous risquez une fois de plus d’être obsédé(e) par ce qui devrait quitter votre mental. De plus, il y a des personnes dont l’humeur de la journée est conditionnée par le poids du matin….fuyez la balance. Écoutez vos sensations, reconnectez-vous à votre corps.
  6. Ne pas dormir suffisamment. Je l’ai déjà écrit dans un article précédent, nous sécrétons la nuit, des hormones qui nous aident à réguler notre appétit. Le manque de sommeil va augmenter votre concentration en ghréline et réduire celle en leptine.
  7. Manger des petites quantités régulièrement. Si ce type de conseils alimentaires a été « à la mode » (et reste utile dans certains troubles de santé), c’est parce qu’on pensait que cela stimulait le métabolisme et soulageait la digestion. On sait actuellement que ce n’est pas le cas. En mangeant de la sorte, on maintient un taux d’insuline (et de leptine) constamment élevé, ce qui empêche l’utilisation des graisses comme carburant.
  8. Supprimer les graisses…une idée fausse reçue en héritage des régimes hypocaloriques ! Malheureusement pour perdre du poids nous avons besoin de bonnes graisses, essentiellement d’origine végétale et tout professionnel de la santé digne de ce nom vérifiera que vous en consommiez suffisamment.
  9. Manger des fruits à volonté. Si il est évident que les fruits sont bons pour la santé, ici également le trop est l’ennemi du bien. Le sucre du fruit fera monter votre taux d’insuline et cela empêchera votre corps de puiser dans ses réserves de graisses. L’excès de sucre sera également transformé en graisses si il n’est pas utilisé.
  10. Manger sur une plage horaire trop importante. Exemple : petit déjeuner à 6h du matin et repas du soir à 20h. Vos repas ont beau être équilibrés et composés des meilleurs aliments du monde, votre système digestif est beaucoup trop sollicité. Vous serez donc vite fatigués. Et qu’avez-vous tendance à faire pour tenir le coup quand vous êtes fatigués?  Manger du sucre…boire du café ou autres boissons contenant de la caféine ….et vous restez dans un cercle vicieux ….

Vous vous reconnaissez dans ce profil ? Vous pensez avoir besoin d’aide pour vous en sortir ?

N’hésitez pas à prendre contact avec moi pour un renseignement.

Les consultations se déroulent à Frameries uniquement sur rendez-vous.

Contact: 0496/255645